Bandeau inférieur

Le village/Les cérémonies et réunions patriotiques

Les cérémonies et réunions patriotiques

Cérémonies organisées par la Commune

  • Les Déportés. Journée nationale du souvenir : Le 26/04/2020 (Comité restreint)
  • La victoire de 1945 : Le 8 mai 2020 (Comité restreint)
  • Journée nationale d'hommage aux morts
    pour la France en Indochine :
  • Appel du 18 juin du Général de Gaulle :
  • La Fête Nationale
  • Cérémonie annuelle commémorative "du Poteau" (le 25 aout) :
  • Cérémonie annuelle commémorative "du Maquis du Peut-Haut "
  • L'armistice du 11 Novembre :
  • La Libération de Ramonchamp :
  • Hommage aux morts pour la France en Afrique du Nord

L'armistice du 11 Novembre

Le 11 novembre 2019

Commémoration 11 novembre 2019

Cette fête de l'Armistice commémore un événement de grande ampleur puisque c'est le 11 novembre 1918 que prirent fin les combats de la Première Guerre mondiale.

Mais, comme le rappelle le message de l'UFAC (Union Française des Associations de Combattants), que vous pouvez lire ci-dessous, on ne doit pas oublier, tous ceux qui, par le sacrifice de leur vie ont permis cette victoire.

Le 11 Novembre dernier, la France commémorait, avec ferveur, le centenaire de l’Armistice de 1918 qui avait mis fin à la Première Guerre mondiale, un conflit qui avait duré quatre années.
En effet, il y a 105 ans, le 1er août 1914, les troupes allemandes envahissaient la Belgique, le Nord et l’Est de la France, menaçant Paris.
Dès le début septembre, la réaction des Généraux JOFFRE et GALLIENI et l’extraordinaire redressement des combattants français, permirent de stopper l’offensive allemande.
Par une bataille victorieuse s’étendant de l’Ourcq aux Vosges en passant par Verdun, ce fut le ‘’miracle’’ de la Marne.
Ces premiers mois de combats étaient les prémices d’une tragédie qui sera marquée des sacrifices consentis par toute une génération de soldats de Métropole, d’Afrique, d’Outre-mer et des Pays alliés.
Quel courage n’a-t-il pas fallu à tous ces combattants pour en supporter l’ampleur qui allait marquer le début du siècle dernier, de 1914 à 1918.

Aujourd’hui, il est de notre devoir de continuer à leur rendre un fervent hommage et à perpétuer leur souvenir. En ce jour de recueillement, nous ne pouvons pas oublier le courage et l'abnégation de tous ces aînés tombés au Champ d'Honneur, qui se sont battus pour un idéal de paix, de liberté et de fraternité.
Ils ont versé leur sang pour la France, une France qui sortira terriblement meurtrie de cette guerre :
1 400 000 morts .
740 000 invalides .
3 000 000 de blessés .
des centaines de milliers de veuves et d'orphelins

En ce jour de commémoration, l'Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre (UFAC) en appelle à la conscience et à la mémoire de chacun, afin que l'acceptation du sacrifice suprême et l'espérance qui habitaient toutes ces victimes, inspirent nos actions en faveur de la Paix, de la Solidarité et de la Fraternité,

Vive la République !
Vive la France !

La Libération de Ramonchamp

Une belle cérémonie et la dernière commémoration de la libération de Ramonchamp
pour François Cunat en tant que maire de la commune.
Une cérémonie qui a commencé sur la route des étangs, à la limite des Vosges et de la Haute Saône,
au site du Bois le Prince plus connu sous le nom du Poteau, afin d’inaugurer une plaque à la mémoire
des victimes des violents combats qui ont opposés les hommes de la 1ère Division Blindée, auxquels
sont venus prêter main forte le 2ème régiment de Cuirassiers et le 3ème Zouaves qui ont fait face
aux troupes nazies en septembre et octobre 1944.

Puis, la traditionnelle cérémonie au monument aux morts avec dépôt de gerbes mais également
de fleurs par les enfants des écoles, les mêmes enfants qui reprirent le chant de la Marseillaise.

Puis, pour clore cette cérémonie, une visite à la stèle Richard Parmentier qui fût tué le 8 octobre 1944.
Un jeune de votre âge commentait François Cunat aux jeunes de la classe 2022 présents en nombre.


Hommage aux morts pour la France en Afrique du Nord

C’est à Ramonchamp que le monde combattant s’est rassemblé ce jeudi autour des élus du canton afin d’honorer la mémoire de ceux, trop nombreux, qui y ont laissé leur vie et dont les noms ont été rappelés par Jean-Paul Félix et Régine Souvay.

C'était également la dernière commémoration cantonale organisée par la commune.

Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation Dimanche 26 avril 2020.

Une cérémonie pour ne pas oublier à laquelle François CUNAT avait invité André DEMANGE et le porte drapeau de la Légion Vosgienne.
Pas de public, pas d'autre invité comme l'exige aujourd'hui les mesures sanitaires de lutte contre le coronavirus.
Mais il était nécessaire de rendre hommage à toutes ces victimes d'une autre guerre qui ont connu la déportation.

« Il y a soixante-quinze ans, au printemps 1945, plus de 700 000 femmes, hommes et enfants étaient regroupés dans ce qui restait l’univers concentrationnaire et génocidaire nazi à l’agonie.
La moitié d’entre eux devait encore périr, notamment dans les marches de la mort, avant que les armées alliées, dans leur progression, n’ouvrent enfin les portes des camps sur une insoutenable vision d’horreur.
Les survivants de ce drame du genre humain, par leur esprit de résistance, leur volonté et leur profond attachement à préserver leur dignité, ont surmonté les conditions inhumaines malgré la présence et la menace permanentes de la mort.
Le 1er octobre 1946 s’achevait le procès de Nuremberg, qui fondait la notion de « crime contre l’humanité » et posait les bases du droit pénal international.
De tout cela, rien ne doit être oublié. Et pourtant, si les déportés ont su montrer, dans les pires circonstances, que la résistance face au crime demeurait toujours possible, leur persévérance à témoigner partout et auprès de tous ne suffit pas à faire disparaître la haine, le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et le rejet des différences.
Combattre sans relâche les idéologies qui affaiblissent notre modèle républicain et prônent le retour à l’obscurantisme et au fanatisme, promouvoir la tolérance, investir dans l’éducation morale et civique des jeunes générations.

C’est le message des déportés, qui veulent faire de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation une journée d’hommage, de recueillement et, plus encore, d’engagement personnel.
La période dramatique de la déportation rappelle en effet cruellement que les êtres humains sont responsables de l’avenir qu’ils préparent à leurs enfants et qu’ils partagent une même communauté de destin. »

Message rédigé conjointement par:
- la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes (FNDIRP),
- la Fondation pour la mémoire de la déportation (FMD) et les associations de mémoire des camps nazis.
- l’Union nationale des associations de déportés, internés, de la résistance et des familles (UNADIF-FNDIR).